Animaux terrestres

Animaux terrestres

Les araignées en France et dans le monde

Il existe 35 000 espèces d’araignées dans le monde, presque toutes sont venimeuses (le venin servant à paralyser et prédigérer les proies). L’effet des venins est variable selon les êtres vivants et seule une centaine serait dangereuse pour l’Homme ou les animaux (surtout dans les régions tropicales et subtropicales).

L’Épeire

C’est la plus plus fréquente dans la région.

Epeire, grande araignée des caves (Ségestive perfide), Tégenaire ou A.domestique pour lesquelles l’envenimation est toujours minime bien que désagréable et d’évolution longue.

Leur TTT est symptomatique :

  • Désinfection locale
  • Antihistaminique local ou général (non obligatoire)
epeire

La Malmignatte

La malmignatte ou latrodectus mactans tredecim-guttagus est la cousine de la Veuve noire d’Amérique du Nord. C’est une petite araignée à pattes fines, de 10 à 15 mm de long,  avec des taches rouges sur l’abdomen et une activité plutôt nocturne.

Elle vit en Corse et en Provence, en Bretagne dans les champs et les jardins et pénètre parfois dans les maisons où elle se réfugie souvent dans les endroits humides (toilettes) (relative importance des morsures au niveau des organes génitaux).

Son venin (contient la latrotoxine) à action neurotoxique+++  prédominante, mais aussi nécrosante tissulaire et hémolysante.

malignatte

La morsure est peu douloureuse au début, accompagnée souvent localement d’un érythème, voire d’un œdème nécrotique, puis le sujet ressent de 20 minutes à 2 heures après une violente douleur dépassant les limites de la région atteinte et diffusant notamment aux deux membres inférieurs avec crampes musculaires et violentes douleurs abdominales en vagues accompagnées d’agitation.

Surviennent ensuite une éruption cutanée aspécifique, une fébricule, une asthénie intense, un amaigrissement, les contractures peuvent atteindre les muscles thoraciques et le diaphragme entraînant une respiration superficielle et saccadée (voire dyspnée), parfois un véritable œdème pulmonaire.

De petites zones de nécrose locales peuvent survenir.

Ce sont les troubles PSYCHIQUES qui prédominent (anxiété, angoisse, confusion allant jusqu’aux bouffées délirantes). Céphalées violentes, sueurs, paresthésies, troubles digestifs possibles, troubles de l’accommodation, myosis et priapisme sont classiquement décrits.

La guérison est la règle, sur une semaine environ, avec parfois asthénie résiduelle.

Les complications sont exceptionnelles : décès par défaillance cardio-circulatoire, infections, thromboses. En France, aucun décès par latrodectisme n’a été enregistré.

  • Serum spécifique antilatrodectus injecté en IM ou IV après injection de 20 ml de glucono-galacto-gluconate de Ca et suivi d’une injection de 10 ml du même produit (injecté seul en cas d’absence de sérum spécifique).
  • Aseptie de la plaie et TTT ATB et antihistaminique associés.
  • Corticoides en cas de forme psychique grave.
  • Myorelaxants (Dantrium, 200 mg par jour pendant 2 jours).

NE PAS OUBLIER LE V.A.TETANIQUE.

Le sérum spécifique semble plus dangereux que le bénéfice attendu d’autant que le patient bénéficie d’un traitement symptomatique bien adapté (Nice95)

La Loxoscèle

Ce sont de petites araignées discrètes, d’apparence inoffensive, se réfugiant dans des endroits calmes et obscurs, sur le continent américain uniquement. Le pouvoir nécrosant du venin est dû à une sphingomyélinase dont les effets sont variables d’une espèce à l’autre.

loxoscele

La morsure est peu douloureuse, puis survient une réaction inflammatoire locale qui peut évoluer vers la nécrose.

Des complications graves sont signalées : ictère hémolytique aigu fébrile avec insuffisance rénale aiguë et décès dans 10 % des cas environ.

Le traitement est purement symptomatique.

La Mygale

Araignée très venimeuse.

L’espèce Evathlus vagans ou Evathlus albopilosa est peu agressive. La morsure (peu probable) peut entraîner des douleurs et une réaction inflammatoire.

A propos de la mygale Gramostola Cola :
A la différence de certaines mygales mordeuses, il s’agit ici d’une variété à poils urticants. Elle est capable de projeter un de ses poils, en particulier dans l’œil. Dans ce cas, des lésions bénignes (conjonctivite) peuvent être observées mais des cas de cécité ont été rapportés. Ces espèces sont donc dangereuses et il semble préférable de ne pas les garder chez soi à moins que de disposer d’une isolation importante de cette araignée.

mygale

Les mygales importées en France proviennent d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Asie. Leurs neurotoxines ne s’expriment quasiment pas. Leur venin est oedématogène, pouvant donner un oedème parfois très extensif, suivi d’un pic de fièvre, sans autres signes associés.

Les mygales australiennes ne sont pas importées en France et peuvent donner des signes neurologiques, à type de convulsions chez les enfants.